pushkar-fair

Pushkar aux prémices de la Foire aux chameaux

La célèbre Foire aux chameaux de Pushkar est un événement annuel très attendu en Inde. En effet, ce ne sont pas moins de 20 000 bêtes qui sont vendues ou échangées ; entre les chameliers du désert de Thar, les pèlerins, les curieux, la ville accueille 300 000 visiteurs en total et les habitants revêtissent leurs plus beaux habits. C’est une réelle attraction.

Avec des amis, nous voulions assister à ce fameux spectacle mais il n’était pas possible d’y aller durant les dates officielles de la Foire, ainsi nous sommes allés à Pushkar le weekend précédant le début. Certes, cela peut être dommage de ne pas réellement vivre cette expérience mais d’un autre côté, nous pouvions voir tous les préparatifs et bien profiter de la ville.
Je trouvais intéressant le mélange entre l’ambiance sacrée qui se dégage de cette ville sainte et la foire. Dans la ville, il y a de nombreux temples comme notamment le temple de Brahma, l’un des seuls dédiés au dieu créateur de l’hindouisme. Pour donner cet aspect mystique à la ville, on peut parler du lac de Pushkar comptant 52 ghats où de nombreux pèlerins se baignent dans l’eau sacrée du lac. Même si je ne connais pas spécialement l’hindouisme, je me sentais au plus près des gens qui se baignaient, pas physiquement mais spirituellement. En effet, on a beau simplement se promener autour du lac, il suffit de s’asseoir quelques minutes pour ressentir l’importance du geste fait par les hindous.pushkar-fair-2
Après avoir découvert le lac sacré, il était temps de se rendre à la foire qui se situe un peu à l’extérieur de la ville sur une plaine de sable. Les premières échoppes que nous voyons vendent toutes sortes d’attirails pour chameaux, mais il n’y avait encore que peu de chameaux. Il suffisait d’aller plus loin pour en voir et nous étions servis, il y en avait à perte de vue. Il y avait des chameaux pour tous les goûts : des tondus, des maquillés, des teints. On peut voir l’importance d’aguicher les probables acheteurs avec toutes ces couleurs. Il est dit que les transactions commencent avant le début de la foire mais nous n’en avons pas vues. À défaut, les chameliers essayaient de nous vendre des tours en chameau. Et j’ai craqué, je n’en avais jamais fait. C’était l’occasion et l’endroit idéal. C’était une bonne expérience et m’a permis de mieux voir ce qu’il se passait en prenant un peu de hauteur. À propos d’hauteur, je recommande le temple de Savitri. Le temple en lui-même n’est pas magnifique mais offre un point de vue impressionnant sur toute la ville et ses alentours. Nous y sommes allés pour le coucher

L’Inde est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.
du soleil, c’était magnifique. J’ai été surpris par la taille de la ville, qui parait toute petite, mais surtout par la taille de la foire par rapport à la ville. Les deux font presque la même taille.

Ce weekend m’a permis de me rendre compte de la diversité des paysages offerts par l’Inde. J’avais jusque-là plutôt parcouru le Nord entre Dharamsala, Armritsar, Rishikesh, qui est très vert. Ce côté désertique et tous ces chameaux me donnait plutôt l’impression d’être au Moyen-Orient qu’en Inde. Je dirais donc, pour conclure cet article, que l’Inde est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Il peut y avoir des surprises, certaines déceptions, mais dans l’ensemble c’est un délice et une fois qu’on y a goûté, c’est dur de s’arrêter.

Etienne Coltat
Jeune étudiant parcourant le monde pour découvrir tous les trésors qui s'y cachent. Suivez ses aventures ci-dessous :

About the Author

By intern.pandm / Administrator

Follow intern-pandm
on Nov 21, 2016

Sans commentaires

Laisser une réponse

Conseil gratuit
Recevez un devis gratuit de notre expert pour votre séjour personnalisé
Avis voyageurs Lisez les commentaires de nos voyageurs
NE MANQUEZ JAMAIS NOS OFFRES – AIMEZ NOTRE PAGE & ABONNEZ-VOUS