Un entretien avec Doma Poudel – la femme conservatrice qui fait la différence !

Nous étions au Népal en train d’explorer et d’apprécier la beauté de l’endroit, quand nous avons trouvé un article sur les parcs et la conservation dans leur journal local – The Kathmandu Post. Il s’agissait de savoir comment deux femmes sont devenues les agents du changement dans la conservation de la faune.

Être un vrai croyant de dire « non à la cruauté envers les animaux », nous a conduit à entrer en contact avec la brillante Doma Poudel. Une femme qui a commencé son voyage de protection et de soin des animaux, plus l’environnement à un très jeune âge. Son amour éternel pour la conservation de la faune l’a amenée à la position qu’elle est aujourd’hui, où sa voix contre la cruauté envers les animaux est au-delà d’être juste louable.

Nous lui avons posés plusieurs questions par curiosité, vivez notre entretien !

  1. Vous avez été l’une des premières guides naturalistes féminins du pays. Comment est la vie en tant que femme dans un domaine dominé par les hommes ?
    – Ce n’était pas un début très facile quand je voulais être un guide de la nature. J’ai un peu de contexte social lié au traitement des animaux et à la préservation de l’écosystème en général qui m’a probablement un peu aidé au départ.
    A cette époque, il y avait environ 20 guides masculins, et j’étais la seule femme parmi eux. Ils m’ont invité à faire partie de leur groupe, mais seulement dans un bureau derrière un bureau. Ce n’était pas assez pour moi, parce que je voulais être là sur le terrain. Selon les règles du parc, il devrait y avoir 2 guides avec chaque invité ou groupe à l’intérieur du parc.
    Ils croyaient qu’il était trop dangereux pour une femme d’être à l’intérieur du parc et que nous ne pouvions pas gérer ce que cet emploi implique. J’ai dû les convaincre de me laisser faire partie des guides de la nature qui accompagnent les invités, et finalement un jour ils ont accepté de m’envoyer pour un voyage de 3 jours. Pendant ce temps, nous avons rencontré un rhinocéros, où j’ai réussi à nous défendre sans blesser le rhinocéros et l’ai chassé avec confiance. C’est ce qui les a amenés à croire en moi et a élargi leur esprit de me laisser devenir un guide permanent de la nature.
    Depuis, je suis au parc régulièrement et j’ai même une équipe qui voulait l’explorer avec moi seulement (elle rit).
  1. Nous avons entendu que le parc national a atteint 1000 jours sans aucun braconnage de rhinocéros ! Toutes nos félicitations ! Dans une région où la chasse est plus qu’un sport mais bien un moyen de survie, comment avez-vous pu y parvenir?
    – La sécurité est très bonne maintenant dans le parc, comparé à n’importe où ailleurs dans le monde. Le revenu que le parc obtient du coût du billet et de la jeep, qui est de l’ordre de 30 à 50%, revient au niveau communautaire pour les travaux de conservation. Cela contribue à son tour à aiderer aux moyens de subsistance de la population. Et je pense que c’est une bonne politique parce que cela fonctionne vraiment, car il y a beaucoup de personnes frappées par la pauvreté et sans terre.
    Ce n’est évidemment pas un travail facile, mais nous essayons de sensibiliser les habitants de la région autour du parc. Nous leur enseignons les avantages de l’écosystème et comment l’existence des animaux est importante pour nous. Le tourisme a beaucoup aidé à cet égard, car il nous aide à générer des revenus plus importants pour les gens.
    Maintenant, les habitants sont très coopératifs, mais j’ai juste peur qu’un jour tout celà pourrait changer, qu’ils puissent changer d’avis ou avoir de la négativité à nouveau. Je travaille donc avec les acteurs de la conservation pour garder les choses sous contrôle.
    D’un autre côté, je poursuis toujours des programmes de sensibilisation ou de conservation pour la communauté dans son ensemble.
  1. Ces réunions ou programmes de sensibilisation ont lieu dans une école ou quel genre de lieux choisissez-vous?
    – Oui, nous allons dans les écoles. Je suis dans la communauté anti-braconnage donc nous éduquons les enfants avec des programmes de sensibilisation juridique. Certaines personnes ne connaissent toujours pas le genre de punition qu’elles reçoivent si les animaux sont blessés.
  1. Comment ça marche? Annoncez-vous une date pour ces programmes pour que les gens puissent y assister? Comment rejoignent-ils les sessions?
    – Il y a 22 groupes d’utilisateurs ou zones tampons différents dans chaque parc national. En vertu de cela, il y a des milliers de petits groupes dans la communauté qui sont connectés aux groupes de la zone tampon, qui sont connectés au conseil. Tout cela est relié au parc national. Il y a 3 processus différents, et nous sommes 9 unités différentes dans la communauté anti-braconnage. 45 membres qui travaillent dans la communauté anti-braconnage. Mais il existe également de nombreux groupes différents dans la communauté des utilisateurs – hommes et femmes directement impliqués dans la communauté. C’est ainsi que le mot se répand parmi les locaux. C’est principalement le bouche à oreille.
  1. Nous admirons votre passion pour la conservation de la faune. Qu’est-ce qui vous a amené à poursuivre cela?
    – Quand j’étais à l’école, j’étais impliquée dans le club vert, participant à la plantation d’arbres et à des programmes d’entraînements.
    Mais alors je ne savais pas grand-chose sur la conservation au plus haut niveau. Plus tard, j’ai commencé à travailler pour l’autonomisation des femmes et j’ai rejoint plusieurs clubs pour la conservation. J’ai également suivi une formation pour préserver l’environnement et nettoyer l’environnement.
    Ma mère est morte par une attaque d’un rhinocéros. Les gens m’interrogeaient pour savoir pourquoi je n’étais pas en colère contre le rhinocéros. Mais je pense que les animaux sont innocents et sans voix. Donc, ma réponse à toutes ces personnes est simple. Les humains tuent encore des gens et vont à la guerre en dépit de connaître les résultats et les circonstances. Les humains le font exprès, mais les animaux ne connaissent pas le bien et le mal comme nous. Alors pourquoi devrions-nous les tuer pour avoir fait quelque chose dont ils n’étaient pas conscients ? Ils essayaient seulement de se défendre. C’est à cause de ces animaux que nous avons des milliers de touristes chaque jour. Nous bénéficions directement du tourisme. Mais s’il n’y a pas d’animaux sauvages, comment le tourisme peut-il grandir ici à Chitwan ? S’il n’y avait pas de parc national, comment vivrions-nous ? Grâce au rhinocéros à cornes, nous sommes populaires, mais s’il n’y a pas de rhinocéros alors comment allons-nous survivre, car il n’y aura pas de touristes. Même si cela me rend triste de me souvenir de ce qui est arrivé à ma mère, je ne peux pas m’en débarrasser. Cela m’aide à être à l’aise et à me sentir bien et me motive à aider à conserver la faune. Je pense que j’ai inspiré beaucoup de gens à faire ce que je fais.
  1. Quels sont les principaux défis auxquels vous avez dû faire face pour protéger la faune ?
    – En 2007 – 2008, environs 34 à 37 rhinocéros ont été tués chaque année. En 2009, nous avons trouvé un rhinocéros dont la corne était coupée et il courait dans la douleur. Il était à 100 mètres du poste de l’armée, mais ils ne se sont pas rendu compte. Personne n’aidait le rhinocéros. C’était vraiment douloureux pour moi.
    Puis en 2009, dans le parc national de nombreux rhinocéros ont été tués. Cela s’est produit parce que la deuxième haute cour du gouvernement a libéré 120 braconniers. Cela m’a rendu vraiment triste et fâchée. Ensuite, nous avons décidé de lancer un appel spécial au gouvernement. Nous avons eu une réunion avec les représentants du gouvernement et les parties prenantes de la conversation avec l’association nationale des guides. J’étais la secrétaire de cette réunion. Nous avons organisé deux réunions ou programmes de ce type – l’unz à Chitwan et l’autre à Kathmandou.
    C’est quand nous avons créé la conscience au sujet des rhinocéros que les acteurs politiqus et civils se sont éveillés. Nos questions étaient simples : Comment les gens peuvent-ils tuer les animaux ? Je sais que les habitants ne sont pas autorisés à entrer si facilement dans le parc avec des fusils ou des armes à feu. Pourquoi ne savent-ils pas que le rhinocéros a été tué si près ? Pourquoi la sécurité est-elle si faible ? Personne ne pouvait nous répondre.
    Nous avons fait une campagne de protection contre les rhinocéros et la protection de la faune pendant cette période. Nous sommes allés à la rencontre de la personne officielle du bureau du district. Nous avons également organisé une conférence de presse à Kathmandou. Nous avons recueilli environ 50 000 signatures sur la campagne pour la protection des animaux et des rhinocéros. Parallèlement à cela, nous sommes allés voir le gouvernement, le Premier ministre (Madhav Kumar) – le président de la Constitution Subhash Chandra Nembang – nous avons rencontré tous les présidents de la présidence du parti. Nous avons également rencontré les 601 membres de la constitution et exprimé nos préoccupations.
    Nous avons donné les 50 000 signatures et les avons interrogés sur la libération des braconniers. Comme ils ont déjà été libérés, nous ne pouvons rien y faire, car c’est déjà décidé mais j’ai trouvé une solution. J’ai donc proposé que nous puissions ensemble envoyer la communauté de gestion des ressources naturelles au niveau local autour de la zone du parc.
    Je peux donner les idées et les stratégies pour améliorer la protection des animaux. Créer un bureau de contrôle du crime fort ou une armée de conservation. Cette fois, nous avions un manque de coordination, où ils se blâmaient les uns les autres. Une bonne coordination est nécessaire pour la protection des animaux, ce que nous avons maintenant.
    Nous avons également une bonne armée et une bonne connexion GPS. Tout le monde semble aider maintenant – le gouvernement, la police, les locaux. J’ai reçu beaucoup de menaces de la part des braconniers cette fois, mais cela ne m’a pas arrêté. Si nous travaillons ensemble, nous pouvons réussir. Ce n’est pas facile à protéger mais c’est toujours possible.
  1. Avez-vous encore des menaces de braconniers ?
    – J’en reçois beaucoup moins maintenant mais il y en a toujours avec modération dans la partie ouest du Népal. Notre réseau est devenu beaucoup plus fort qu’auparavant, donc nous n’avons pas à nous inquiéter comme avant. Et en espérant que nous resterons comme ça. Nous avons une équipe vraiment très forte maintenant, donc je suis très heureuse d’y parvenir. Je ne pense pas que les braconniers osent.
  1. Souhaitez-vous partager une des expériences les plus enrichissantes en tant que défenseur de l’environnement ?
    – Je veux continuer à faire ce que je fais et le rendre de mieux en mieux jusqu’à ce que nous atteignions notre objectif. Nous devons encore faire plus de politiques pour que cela fonctionne.
  1. Dans une interview récente, vous avez été cité disant que “la conservation n’est possible que si les moyens de subsistance des locaux sont également pris en compte.” Les gens ont besoin d’un mode de vie alternatif qui élève leur style de vie et leurs revenus. ” Des milliers de touristes du monde entier viennent visiter le parc chaque année, ils peuvent contribuer à la fois à «l’éducation et au développement des compétences» des locaux? Si c’est le cas, comment ?
    – Si les gens veulent entrer en contact directement avec la communauté anti-braconnage, ils peuvent le faire. Ou ils peuvent le faire à travers le gouvernement. Il y a des zones tampons ou des communautés d’utilisateurs, donc nous pouvons les impliquer directement.
    J’ai mon propre bureau – Népal Dynamic Eco tours et il a été créé en 2012 – car j’essaie de faire quelque chose moi-même. Nous soutenons les femmes locales dans leur agriculture biologique, et soutenons également les femmes célibataires en leur distribuant des biens.
    Nous distribuons du matériel scolaire aux enfants. Mais cela ne suffira pas, nous devons nous attendre à faire un peu de développement des compétences et une formation génératrice de revenus. Et aussi augmenter l’éducation parmi les masses.
    S’ils veulent contribuer, ils peuvent venir à moi et je peux les aider à se connecter avec le parc national. Je souhaite la bienvenue à tous dans mon bureau. C’est mon rêve de faire une fondation de la faune dans les prochains jours et j’espère que j’y arriverai.

Nous applaudissons Doma Poudel et espérons qu’elle atteindra ses objectifs !

Parallels and Meridians

About the Author

By Florie.pam / Administrator

Follow florie-pam
on Feb 12, 2018

Sans commentaires

Laisser une réponse

Conseil gratuit
Recevez un devis gratuit de notre expert pour votre séjour personnalisé
Avis voyageurs Lisez les commentaires de nos voyageurs

NE MANQUEZ JAMAIS NOS OFFRES – AIMEZ NOTRE PAGE & ABONNEZ-VOUS